Rechercher
  • Alp'Architecture

QUELLES SONT LES PHASES D'UN MANDAT D'ARCHITECTE?


En suisse, les prestations et honoraires des architectes et des ingénieurs sont régis par la SIA, la Société suisse des Ingénieurs et Architectes. Cette dernière a émis une norme qui permet de comprendre l’importance en temps de travail et en pourcentage de chaque phase en relation au mandat complet.


Basiquement, un mandat d’architecture se décompose en 3 phases principales :


- le projet de l’ouvrage et l’obtention du permis de construire (env. 1/3 du mandat)

- la préparation du chantier (env. 1/3 du mandat)

- le chantier à proprement parler (env. 1/3 du mandat)

Chacune de ces phases est elle-même composée de phases partielles.

1. Le projet | 32,5% | entre 3 et 6 mois de travail pour une villa individuelle


Il s’agit de la partie la plus créative du travail dont la finalité est la conception d’un projet qui correspond aux souhaits du Maître d’ouvrage qui prend généralement part aux réflexions de l’architecte en l’orientant sur ses goûts, préférences et envies. Une fois le projet figé et dessiné à l’échelle du 100ème, on le soumet aux autorités communales et cantonales en vue de l’obtention d’un permis de construire qui sera valable 3 ans prolongeables à 5 ans. Les prestations suivantes font partie intégrante de cette phase :


- l’étude de faisabilité : elle englobe les premières recherches d’implantation, l’étude des règlements de construction locaux, et les premières intentions de placement des espaces.


- l’avant-projet : sur la base du budget à disposition qui permet de définir un volume cible, on commence à esquisser plus précisément les espaces et leurs relations entre eux, le placement des ouvertures principales en façade et les accès. L’architecte propose généralement plusieurs variantes pour élargir le débat et bien cerner les envies de son mandant.


- le projet de l’ouvrage : toujours à l’échelle du 100ème, les espaces sont clairement définis, les niveaux réglés par rapport au terrain et les façades dessinées. On travaille aussi les aménagements extérieurs, choisit les matériaux, et commence à réfléchir sur l’aspect constructif du futur bâtiment.


- la procédure de demande d’autorisation : une fois le projet réglé, il est déposé aux autorités communales et cantonales. De nombreux formulaires et calculs doivent être joints à la demande, il s’agit là de la partie la plus administrative de notre travail. Si le projet obtient l’aval de la Commune qui vérifie le respect des règlements communaux (gabarits, hauteurs, densité, esthétique…), il est publié à la feuille des avis officiel (ou bulletin officiel) et parallèlement envoyé au Canton qui se chargera de la vérification des normes incendies, environnementales… C’est pendant la publication officielle que le voisinage bénéficie d’un droit d’opposition de 30 jours. Le délai pour l’obtention d’un permis après la dépose du projet est très variable selon les communes mais dure généralement entre 3 et 9 mois sous réserve d’opposition. Des pièces complémentaires ou des modifications de projet peuvent parfois être demandées.


exemple de plan de mise à l'enquête


Pendant cette phase, nous travaillons avec un coût de construction au m3 défini selon la complexité du projet, le standing souhaité et le lieu. Le budget est donc encore estimatif avec une marge d’erreur de ±15%.

Les intervenants externes avec qui nous collaborons sont les suivants :


- le géomètre : il fournit le relevé topographique nécessaire en cas de construction neuve et le plan de situation officiel. Il sera aussi responsable de l’implantation du bâtiment lors du début du chantier.


- l’ingénieur thermicien : il produit un bilan thermique qui définit les exigences énergétiques qui devront être atteintes par le futur bâtiment.


- l’ingénieur civil : il doit prédimensionner les structures et préparer une notice sur le respect des normes sismiques à l’attention des autorités.


- l’ingénieur sécurité : depuis peu, de nouvelles garanties doivent être apportées sur le respect des prescriptions en matière de risque d’incendie. Pour les petits projets, l’architecte peut s’en charger, mais dès qu’il y a plusieurs unités d’habitation ou que le bâtiment est voué à une utilisation publique, des compétences reconnues et certifiées sont nécessaires.


- Dans les cas de rénovation, un diagnostic sur les polluants (amiante, plomb…) doit être fourni lors de la mise à l’enquête publique.


2. La préparation du chantier | 34% | env. 5 mois de travail pour une villa individuelle


Cette phase peut être commencée en parallèle de l’attente du permis de construire avec comme risque pour le Maître d’ouvrage d’engager du travail de la part de l’architecte qui devra être refait si les autorités demandent des modifications de projet. Le but de cette phase est de définir avec précision à l’échelle du 50ème et parfois même au 20ème ou au 10ème comment va se construire le bâtiment et avec quelles quantités de chaque matériau afin de préparer les appels d’offres et d’établir le budget définitif à ±5%. Les prestations suivantes font partie intégrante de cette phase :


- les plans d’exécution : ils permettent de régler toutes les questions constructives de l’ouvrage et seront utilisés par les entreprises sur le chantier. Ils sont généralement accompagnés de plans d’ingénieurs spécialistes pour la maçonnerie et le béton armé, la charpente ou encore l’électricité, les sanitaires et le chauffage.


- les appels d’offres : Sur la base des plans d’exécution, des listes de quantité de chaque matériau et de chaque intervention sont établies pour tous les corps de métier. Elles sont ensuite envoyées à diverses entreprises dans le but de comparer les coûts et de trouver la meilleure offre. Le budget final par CFC (code des frais de construction) est ainsi calculé et ce n’est qu’alors qu’on pourra avoir un budget précis. Une marge de tolérance de 5% est usuellement accordée aux architectes pour les imprévus.


- les contrats d’entreprises : Une fois les entreprises choisies, l’architecte se charge de préparer les contrats pour protocoler la relation entre le Maître d’ouvrage et les différents entrepreneurs retenus pour la construction.


exemple de plan d'exécution


Après cette phase, le projet peut entrer en phase d’exécution et le chantier à proprement parler peut débuter.


3. Le chantier | 33.5% | environ 1 an de travail pour une villa individuelle


Pendant cette phase, l’architecte coordonne, organise et supervise les travaux de chaque entreprise. Il produit hebdomadairement un procès-verbal qui rend compte de tous les événements et décisions qui sont prises sur le chantier. Ces documents sont particulièrement importants car ils feront foi en cas de litige avec l’une ou l’autre entreprise. Une part importante du travail de cette phase est le contrôle des coûts qui permet de s’assurer que les budgets établis lors des appels d’offres sont respectés. Selon les cas, on différencie la direction architecturale de la direction de travaux : la première garantit le respect des concepts et de l’esthétique souhaitée lors du projet et la deuxième s’occupe de la coordination des travaux et du contrôle des coûts, mais les deux sont généralement réalisés par la même personne dans les projets de petite envergure. Les prestations suivantes font partie intégrante de cette phase :


- la direction architecturale et des travaux : Au moyen d’une séance hebdomadaire souvent assortie d’autres visites de contrôle auxquelles le Maître d’ouvrage peut bien entendu prendre part, l’architecte s’enquiert de la bonne marche des travaux. Les procès-verbaux hebdomadaires permettent à toutes les personnes concernées de suivre l’avancement du chantier et de coordonner les prochaines interventions pour que les choses soient faites en temps et en heure.


- le contrôle des coûts : L’architecte est responsable de la tenue des budgets. Il est également dans la majeure partie du temps responsable du compte bancaire de construction des Maîtres d’ouvrage. Il s’assure donc que les factures envoyées par les entreprises correspondent au travail accompli, prépare les bons de paiement pour la banque et maintient la comptabilité du chantier à jour en permanence.


- la mise en service : Une fois le bâtiment terminé, le travail de l’architecte ne l’est pas encore. Il s’assure que les entreprises produisent des garanties pour le travail effectué, établit les décomptes finaux et finalise la relation bancaire en collaboration avec la Maître d’ouvrage. Il faut encore récolter diverses attestations de conformité qui permettront d’obtenir le permis d’habiter.


Il est tout à fait envisageable de séparer le mandat en phases et il n'est pas rare que les architectes soient mandatés uniquement pour mettre un projet à l'enquête par exemple ou pour suivre les travaux d'un projet dessiné par un autre bureau.